Notre dossier: 24879-C

 

N0 du document: 227954

 

Le 21 avril 2006[JPL1] 

PAR T�L�COPIEUR

M. Jean-Pierre L�gar�������������������������������������������������������������������������� Soci�t� canadienne des postes
279, des Huards����������������������������������������������������������������������������������� Affaires juridiques
Boileau(Namur) (Qu�bec)������������������������������������������������������������������ 225, rue Bridge

�������������� J0V 1NO��������������������������������������������� (819) 687-8460���������� Bureau 210

��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Montr�al (Qu�bec)

��������������������������������������������������������������������������������������������������������������� H3C 6M9������������������������������������������������������������ (514) 345-4497

Nelligan O�Brien Payne s.r.l.

Lawyers������������������������������������������������������������������������������������������������ A l�attention de: Me Marc Santerre

66 Slater Street���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� Directeur des services
Suite 1900������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ juridiques, R�gion de l�Est
Ottawa (Ontario)
RIP SH1������������������������������������������������������������� (613) 788-3665

 

A l�attention de: Mr. Sean McGee

 

 

 

Concernant le Code canadien du travail (Partie I - Relations du travail) et une plainte de pratique d�loyale de travail d�pos�e en vertu de l�article 97(1) dudit Code par M. Michel-Guy St-Onge, plaignant, all�guant violation de l�article 37 [JPL2] du Code par l�Association canadienne des ma�tres de poste et adjoints, intim�e, et la Soci�t� canadienne des postes, employeur. (24879-C)

 

 

 

 

Messieurs,

 

 

Vous trouverez jointe � la pr�sente copie [JPL3] de mon rapport que je fais parvenir au Conseil concernant la demande en titre.

-2-

 

 

Si le rapport ci-joint ne repr�sente pas la position des parties ou s�il y a erreur ou omission quelconque~ veuillez les communiquer par �crit, avec copie aux autres parties, dans les trois (3) jours de la pr�sente[JPL4] .

 

 

Veuillez agr�er, Messieurs, l�expression de nos sentiments les meilleurs.

JG/ec��������������������������������������������������������������������������� Jean Gosselin
����������������������������������������������������������������������������������� Directeur r�gional (Greffier)
����������������������������������������������������������������������������������� R�gion du Qu�bec

Notre dossier: 24879-C N0 du document: 22793 O

 

Le 21 avril 2006

 

 

CONSEIL CANADIEN DES RELATIONS INDUSTRIELLES

240, rue Sparks

4e �tage - Tour Ouest

Ottawa (Ontario) KIA 0X8

 

 

 

Concernant le Code canadien du travail (Partie I - Relations du travail) et une plainte de pratique d�loyale de travail d�pos�e en vertu cIe l�article 97(1) dudit Code par M. Michel-Guy St-Onge, plaignant, all�guant violation de l�article 37 du Code par l�Association canadienne des ma�tres de poste et adjoints, intim�e, et la Soci�t� canadienne des postes, employeur. (24879-C)

 

 

 

Rapport de l�Agent au Conseil

 

 

Nom et adresse du Plaignant

 

M.�� Michel-Guy St-Onge

384 A, Notre-Dame

Lanoraie (Qu�bec)

50K 1EO

 

T�l�phone:������������ (450) 887-2968

 

1.1���������� Nom et adresse du repr�sentant du plaignant

 

 

M.�� Jean-Pierre L�gar�

279, des Huards

Boileau (Namur) (Qu�bec)

JOV 1NO

 

T�l�phone :����������� (819) 687-1048

T�l�copieur:���������� (819) 687-8460

-2-

 

 

2.�������� Nom et adresse de l�intim�e

 

Association canadienne des ma�tres de poste et adjoints

31 Rang de la Rivi�re

Maddington Falls PQ

GOZ 1C0

 

l�attention de: Mme Jacinthe M. Turcotte

Pr�sidente

 

T�l�phone:����������� (819) 367-2081

T�l�copieur:��������� (819) 367-2441

 

2.1���������� Nom et adresse du procureur de l�intim�e

 

Nelligan O�Brien Payne LISP

Lawyers

66 Slater Street

Suite 1900

Ottawa, Ontario

KW 5H1

 

Attention: Mr. Sean McGee

 

T�l�phone:����������� (613) 238-8080

T�l�copieur:��������� (613) 238-2098

 

 

3.������������ Nom et adresse de l�employeur

 

Soci�t� canadienne des postes

Affaires juridiques

225, rue Bridge

Bureau 210

Montr�al PQ

H3C 6M9

 

l�attention de: Me Marc Santerre

Directeur des services iuridiciues. R�gion de l�Est

 

T�l�phone:����������� (514) 345-4325

T�l�copieur:��������� (514) 345-4497

-3 -

 

4.�������� Description de la plainte

 

Il s�agit ici d�une plainte de pratique d�loyale de travail all�guant violation de l�article 37 du Code canadien du travail d�pos�e le 17 F�vrier 2005 [JPL5] par M. Michel-Guy St-Onge (ci-apr�s le plaignant). M. St-Onge soutient dans sa plainte que son syndicat, l�Association des Ma�tres de Poste et adjoints (ci-apr�s le syndicat ou l�intim�) ne lui a pas apport� le support n�cessaire[JPL6]  dans le cadre d�un renvoi d�guis� survenu le ou vers le 02 ao�t 2004[JPL7] .

 

D�apr�s les informations de sa plainte, M. St-Onge aurait eu connaissance et/ou conscience le 21 janvier 2005 qu�il avait fait l�objet d�un renvoi d�guis�. Le plaignant a d�abord d�pos� une plainte en vertu de l�article 47.3 du Code du travail du Qu�bec le ou vers le 1er f�vrier 2005 pour recevoir un avis d�clinant juridiction le ou vers le 03 f�vrier 2005[JPL8] . C�est alors qu�il a d�pos� la pr�sente plainte le 17 f�vrier 2005 aupr�s du Conseil.

 

Le plaignant a �t� � l�emploi de l�employeur pendant 30 ans. Selon ses dires[JPL9] , il aurait subi du harc�lement psychologique de la part d�une ma�tre de poste pendant trois ans, [JPL10] le tout ayant men� � la fin de son emploi le ou vers le 02 ao�t 2004[JPL11] . Le plaignant aurait inform� son syndicat et son employeur le 06 octobre 2003 [JPL12] par voie de grief (aucun document au dossier). [JPL13] Selon le plaignant, rien n�a �t� fait [JPL14] pour rem�dier � cette situation si bien qu�il a d� prendre un cong� de maladie.

 

Le plaignant a alors connu plusieurs probl�mes incluant des probl�mes financiers[JPL15] , l�utilisation de cong�s de maladie, l�assurance-ch�mage et ensuite il a d� faire une demande pour obtenir l�assurance invalidit� de la Sun Life. Le plaignant a donc subi un examen psychiatrique en juin 2004 qui a r�sult� en un refus[JPL16]  de la Sun Life de l�indemniser.

 

Suite au refus de la compagnie d�assurance[JPL17] , l�employeur a d�pos� une plainte au criminel contre le plaignant sur la base de menaces que celui-ci aurait prof�r�es [JPL18] dans les jours qui auraient suivi cette r�ponse[JPL19] . Le plaignant aurait alors accept� [JPL20] de prendre sa retraite le ou vers le 24 ao�t [JPL21] 2004 dans un �tat de panique et sans soutien aucun[JPL22]  de la part de son syndicat.

 

Le plaignant demande au Conseil par la pr�sente d�ordonner au syndicat de d�poser un grief afin [JPL23] de faire respecter la convention collective[JPL24] , d�ordonner sa r�int�gration et de faire cesser le harc�lement ou � d�faut[JPL25] , ordonner � l�employeur de payer une indemnit� pour la perte de son emploi, d�frayer les frais de soutien psychologique requis, rembourser le salaire perdu et de verser des dommages et int�r�ts punitifs.

 

 

5.������������ R�ponse de l�intim�e

(Lettre de Me Sean Mc Cee du 8 mars 2005[JPL26] )

 

L�intim�e soul�ve une objection pr�liminaire [JPL27] quant � la recevabilit� de [JPL28] la pr�sente plainte.

Selon l�article 98(3),[JPL29]  le plaignant avait 90 jours pour d�poser une plainte [JPL30] en vertu de l� article

37 du Code, ce qui n�a pas �t� fait.

-4-

 

Quant au fond, l�intim�e soumet avoir tout fait pour aider le plaignant, tant dans sa vie personnelle qu�aupr�s de son employeur[JPL31] - L�intim�e n�a jamais refus� de d�poser un grief aupr�s de l�employeur et il a m�me fait plusieurs suggestions au plaignant, notamment de d�poser une plainte par l�entremise de l�intim�e, ce que le plaignant n�a pas fait, ou encore de ne pas d�missionner et/ou d�accepter de prendre sa retraite.

 

L�intim�e ajoute que tout au long de la situation [JPL32] impliquant le plaignant et le ma�tre de poste, soit depuis 1999, il est intervenu � de multiples reprises par l�entremise de la Pr�sidente de la Section du Qu�bec. L�intim�e ajoute que lors d�une entrevue disciplinaire reli�e � la situation du conflit du plaignant et de la ma�tre de poste[JPL33] , entrevue qui s�est tenue en 2001[JPL34] , l�intim�e a nomm� des repr�sentants[JPL35]  pour chacune des parties impliqu�es[JPL36] , � savoir le plaignant et la ma�tre de poste (qui est repr�sent�e au m�me titre [JPL37] que le plaignant par l�intim�e), afin d�entreprendre[JPL38]  un processus de r�solution de conflits.

 

L�intim�e soumet que le processus de r�solution de conflits [JPL39] a d�but� en f�vrier 2002 jusqu�en ao�t 2003[JPL40] [JPL41] . L�intim�e soumet [JPL42] que le plaignant a alors quitt� [JPL43] pour un cong� de maladie en octobre 2003 [JPL44] jusqu�en f�vrier 2004[JPL45] . L�intim�e indique qu�il a eu plusieurs contacts[JPL46]  avec le plaignant entre octobre 2003 et ao�t 2004. Le 19 ao�t 2004, le repr�sentant de l�intim� a d� [JPL47] � nouveau intervenir suite � la visite du plaignant [JPL48] au bureau de poste, visite lors de laquelle le plaignant aurait prof�r� des menaces [JPL49] � l�encontre de la ma�tre de poste[JPL50] .

 

Lors de cette discussion[JPL51] , le plaignant a alors inform� [JPL52] le repr�sentant [JPL53] de l�intim�e qu�il envisageait prendre sa retraite [JPL54] et qu�il voulait proc�der imm�diatement. L�intim�e [JPL55] a tent� [JPL56] de dissuader le [JPL57] plaignant � cause [JPL58] du peu d�ann�es de contribution qu�il avait mais sans succ�s[JPL59] . Au cours des mois [JPL60] qui ont suivi, le repr�sentant de l�intim�e a continu� les d�marches avec le plaignant. A partir de ce moment[JPL61] , le plaignant a eu des probl�mes divers perte de cartes d�identit�, document m�dical non transmis etc[JPL62] .). Le ou vers le 07 janvier 2005[JPL63] , le repr�sentant de l�intim�e n�a plus eu de contact avec le plaignant[JPL64] .

 

Bas� sur ce qui pr�c�de, l�intim�e soumet avoir fait tout en son possible pour aider le plaignant dans ses d�marches[JPL65] . L�intim�e a donn� du soutien au plaignant tant personnellement que professionnellement, des paniers de Noel lorsque ce dernier en a demand� etc. Pour tout ce qui pr�c�de, l�intim�e soumet au Conseil avoir rencontr� son mandat et ne pas avoir agi en infraction avec l�article 37 du Code.II demande le rejet de la pr�sente plainte.

 

6.�������� R�ponse de l�employeur (Lettre de Me[JPL66] )

 

L�employeur n�a soumis aucune repr�sentation[JPL67] .

-5-

 

7.�������� R�plique du plaignant

 

Le plaignant maintient sa plainte et demande au syndicat et � l�employeur de collaborer avec le Conseil afin de trouver une solution appropri�e � la pr�sente plainte.

 

 

8.������������ M�diation

 

Apr�s de multiples tentatives [JPL68] afin de trouver un r�glement � la pr�sente, nous constatons qu�aucune entente n�est intervenue entre les parties[JPL69] .

 

 

9.������������ Audience

 

A d�faut d�obtenir un r�glement satisfaisant � sa plainte, le plaignant demande qu�une audience ait lieu. L�employeur et l�intim� n�ont pas demand� la tenue d�une audience devant le Conseil.

 

 

10.���������� Documents au dossier

��������������� 1����������� 14-FEB-05��������������� EXPED: M.-G. St-Onge
����������������������������� (200695)������������������� DEST,; CIRE
��������������������������������������������������������������� Plainte de pratique d�loyale on vertu de l�article 37 du Code[JPL70] .

��������������� 2������������� 23-FEB-05[JPL71] ������������� EXP�D: Canada Post, Me Santerre
������������������������������� (200920)����������������� DEST.: CIRB, M. Poch
��������������������������������������������������������������� Demande de d�lai de 15 jours suivant la r�ception de la r�ponse de
��������������������������������������������������������������� l�intim�e pour produire une r�ponse � la plainte,

��������������� 3������������� 23-FEB-05������������� EXP�D: CIRB
������������������������������� (200930)����������������� DEST.: Canada Post, M. Santerre
��������������������������������������������������������������� Le Conseil accorde � l�employeur un d�lai de 5 jours
[JPL72] suivantla[JPL73] 
��������������������������������������������������������������� r�ception de la r�ponse de l�intim�e pour r�pondre.

��������������� 4������������� 01-MAR-05���������� EXP�D: M.-G. St-Onge, M. St-Onge
������������������������������� (201230)���������������� DEST,: CIRE, M. Poch
��������������������������������������������������������������� Autorisation �crite du plaignant autorisant M. Jean-Pierre L�gar� � le
��������������������������������������������������������������� repr�senter devant le Conseil.

��������������� 5������������� 07-MAR-05[JPL74] ���������� EXPED: CPAA, Me McGee
������������������������������� (201523)���������������� DEST.: CR8, M. Gosselin
��������������������������������������������������������������� Comparution de Me McGee (Nelligan O�Brien Pare) pour l�intim�e
��������������������������������������������������������������� et r�ponse � la plainte.

��������������������������������������������������������������� -6-

6��������� 08-MAR-05��� EXPED: Canada Post, M. Santerre
����������� (201598)��������� DEST. CRIB, M. Gosselin
����������������������������������� R�ponse de l�employeur.

7��������� l4-MAR-05[JPL75] ����� EXPED: M.-G. St-Onge, M. L�gar�
����������� (201829)��������� DEST.: CIRE, M.Poch
����������������������������������� R�plique du plaignant

�����������

 

 


 [JPL1]La discrimination contre la victime qui doit attendre 14 mois suite au d�p�t de sa plainte juste pour qu�elle soit soumise pour examen devant le Conseil versus les 10 jours accord�s aux partis pour faire valoir leur position et les trois jours accord�s pour faire r�viser le rapport longuement m�ri de l�Agent au Conseil.

 [JPL2]Il y avait aussi amplement mati�re � porter plainte en vertu de l�article 94,3D qui interdit � l�employeurde priver un employ� de ses prestations de retraite.Or au 7 janvier 2005, le plaignant n�avait toujours pas re�u ses prestations et �tait sans le sous. Un document de l�employeur faisant �tat de cong� sans solde accompagnait la plainte et semble avoir disparu avec le grief du 06 octobre.

 [JPL3]La virgule qui manque apr�s le mot �  pr�sente � qui laisse entendre en supprimant le � � � que c�est la � pr�sente copie � du moment.

 [JPL4]3 jours pour proc�der � l�inspection minutieuse du rapport qui a n�cessit� 14 mois ��laborer et lequel est sens� faire �tat de l�ensemble du dossier, une belle discrimination dans l�emploi du temps pour exercer la justice.

 [JPL5]Admission de faute lourde par l�agent au Conseil d�avoir re�u une plainte formelle pour non support � n�cessaire � le 17 f�vrier 2005 et d�y avoir donn� suite que le 21 avril 2006

 [JPL6] La substitution suspecte du mot � ad�quat � par le mot � n�cessaire � qui semble utile pour camoufler le fait de ne pas avoir port� de grief lors d�un renvoi d�guis�.

 [JPL7]Une all�gation de renvoi d�guis� survenu � une date particuli�re laquelle ne figure sur aucun document soumis � la connaissance du plaignant par les partis en pr�sence et sur lequel personne n�a r�agi. Ici l�agent de Conseil permute la date � le ou vers le 21 ao�t � mentionn�e � la plainte en � 02 ao�t �. Or il s�agit de la date fatidique la plus importante o� est r�put� survenue la reddition de la victime.La victime se retrouve confront�e avec le fardeau suppl�mentaired�assumer sans faille en temps record les �  erreurs � d�interpr�tation de l�agent de Conseil. Le Conseil ne semblera pas se formaliser avec le fait que le syndicat n�a pas ni� lors de sa r�ponse que le plaignant ait pu subir un renvoi d�guis� r�put� survenu le 02 ao�t 2004 ni d�pos� un grief bien que ce soitl�objet principal du litige selon L�agent au Conseil.

 [JPL8]La plainte ne fait qu�allusion au 2 f�vrier, ce qui tend � d�montrer que L�agent au Conseil avait bel et bien en main la r�ponse de la C.n.t. (Chiasson) dat�e du 3 f�vrier exp�di�e avec la plainte.

 [JPL9]A quels dires fait allusion L�agent au Conseil

 [JPL10]L�agent au Conseil escamote compl�tement la notion d�avoir subis du renvoi d�guis� qui s�est �tir� pendant trois ans, pourquoi ?

 [JPL11]2 �me affirmation de renvoi d�guis� r�put� survenu le ou vers le 02 ao�t 2004 qui tend � d�montrerla pr�sence d�un document in�dit , d�un faux ou d�une volont� � se commettre dans un faux rapport.

 [JPL12] L�admission de l�agent au Conseil d�avoir consid�r� que le plaignant ait d�pos� un grief (aucun document au dossier) comme �tant survenu en date du 6 octobre 2003 alors que la r�ponse � l�all�gu� 6 du syndicat admet avoir re�u le 5 novembre 2003, une lettre dat�e du 6 octobre 2003. Cette lettre a effectivement �t� d�pos�e par le plaignant avec sa plainte au Ccri.

 [JPL13]La lettre de grief dat�e du 06 octobre 2003 contenant la mention :� J�ai expos� mes griefs � adjointe avec la plainte qui s��vanouie compl�tement du dossieralors que le syndicat confirme l�avoir re�ue jointe � la plainte dans sa r�ponse. Or c�est le Ccri qui a achemin� la plainte au syndicat.

 [JPL14]Le � rien de concret ne semble avoir �t� entrepris � qui se transforme ici en une extr�misation � rien n�a �t� fait � comme pour faire passer le plaignant d�nu� de nuance ce qui donnerait des motifs de vouloir faire rejeter la plainte.

 [JPL15]le terme � subi des difficult�s financi�res importantes � que l�on cherche � relativiser sous� incluant des probl�mes financiers �

 [JPL16] Une assertion de la part de l�agent au Conseil qui repose sur aucune des informations contenues des partis.

 [JPL17]2 �me assertion de l�agent au Conseilconcernant un soit-disant refus que n�a jamais eu le loisir d�obtenir Le plaignant avant d��tre catapult� vers la sortie par son syndicat. L�importance qui ressort de vouloir d�montrer � tout prix que le plaignant avait connaissance du refus de l�assureur d�indemniser .

 [JPL18] Le terme � �voquant un geste d�sesp�r� qu�il pourrait commettre � remplac� par � sur la base de menaces que celui-ci aurait prof�r�es � qui semble d�montrer l�intention de l�agent au Conseil d��dulcorer la version du plaignant en laissant entendre que le plaignant a commis un acte criminel sur la base qu�il m�riterait son sort.

 [JPL19] Troisi�me allusion une r�ponse de refus versus la plainte soumise du plaignant qui appr�hende une r�ponse � ses besoins de la part de ceux qui sont charg�s de veiller � sa s�curit� et versus la version du syndicat qui indique le 19 ao�t que le plaignant n�avait toujours pas re�u de d�cision de son assureur version corrobor�e par Houde et Chartrand

 [JPL20] Le terme � pr�matur�ment � que l�agent au Conseil va retrancher ici comme pour sauver la face de Choquette.

 [JPL21]Le ou vers le 21 ao�t selon les souvenirs contemporains du plaignantsoulign�s � la plainte qui �taient en r�alit� le 19 ao�t et que l�agent au Conseil transformera en le ou vers le 24 ao�t sur aucune base.

 [JPL22] Le � aucun � que l�on ajoute ici comme pour faire para�tre le plaignant comme un braillard dont on a raison de se d�faire et d��viter d�avoir � mentionner le terme � sauvegarder les droits du plaignant �.

 [JPL23]L�agent au Conseil�dulcore le r�glement demand� et met enpriorit� la demande subsidiaire de faire d�poser un grief en arbitrage versus � Ordonner au syndicat de faire respecter la convention collective pour assurer une justice r�paratrice � alors que l�employeur qui est parti au litige et qui s�abstient de r�pondre n�a m�me pas �t� consult� par le syndicat pour faire r�int�grer l�employ� ou lui faire respecter la convention collective. Seule l�alternative de la sortie, semble avoir �t� envisag�e par le syndicat.

 [JPL24] qui donne ouverture au Conseil de faire assumer les responsables alors que l�employeur est muet

 [JPL25]L�expression � et/ou � d�faut � qui se transforme en � ou � d�faut � qui d�montre une intention de r�duire les possibilit�s de dommages dans la demande du plaignant. Le Conseil va ensuite la transformer en � sinon �

 [JPL26]La lettre re�ue en main par le plaignant indique le 07 mars 2005 par Me Sean T. Mc Gee, comme d�ailleurs soulign� � l�item 10 des � documents � au dossier

 [JPL27]L�agent au Conseil sait que selon la plainte, le plaignant ne re�oit que d�ultimes prestations de subsistance de sa famille pour survivre. L�intim�e ne fait que mentionner un �tat de fait sans en faire une objection pr�liminaire et sans aucun motif pour justifier sa position. Ce qui tend plut�t � faire d�montrer la discrimination dans les motifs de justifier une position et l�empressement du fonctionnaire qui cherche manifestement � se d�barrasser de la plainte.

 [JPL28]Aucune mention d�irrecevabilit� de la part du syndicat et une deuxi�me admission de vouloir consid�rer la plainte irrecevable en mettant cela sur le dos du syndicat.

 [JPL29]� L�article 98,3 � qui appara�t ici que l�on impute comme all�gu� par l�intim�e n�a rien � avoir avec des d�lais de prescription de 90 jours et appara�t comme une r�elle intention de faire rejeter la plainte sans motifs. Par ailleurs, la page 4 de la d�cision copi�e mot pour mot fait r�f�rence au paragraphe 97(2) comme motifs d�irrecevabilit�

 [JPL30]L�intim�e n�a fait allusion � aucun article en particulier ou admission indirecte de tenter de faire consid�rer la plainte irrecevable sans motifs

 [JPL31]L�expressionretenue par L�agent au Conseil, � d�avoir tout fait pour aider le plaignant [�] aupr�s de son employeur � sans pour autant pouvoir d�finir qui �tait vraimentl�auteur d�sign� et la nature de �  �ses� d�marches �des d�marches qui pouvait �tre aussi bien celles de Choquette cherchant seulement � faciliter la voie de garage.

 [JPL32]L�exag�ration d��talement par l�agent au Conseil qui ressort alors que l�on parle de 1999 et de 2004, l�intervention de la pr�sidente se limitant � une partie de la p�riode 1999-2001

 [JPL33]L�agent au Conseil �vite soigneusement de mentionner que c�est le plaignant qui avait formul� une plainte contre la ma�tre de poste et laissant entendre qu�il aurait pass� en discipline.

 [JPL34]Le vague � en 2001 � au lieu de � vers la fin de l�ann�e 2001 �

 [JPL35]Autre exag�ration ici laissant entendre d�avoir nomm� � des � repr�sentants � tour de r�le pour intervenir envers le Plaignant

 [JPL36]Autre exag�rations laissant entendre qu�il y a plusieurs conflits avec plusieurs personnes alors qu�il ne s�agit que du conflit entre deux personnes.

 [JPL37]Autre exag�ration en insinuant que la co-syndiqu�e objet des plaintes non r�solue puisse avoir le m�me traitement que le plaignant.

 [JPL38]Autre exag�ration alors qu�on ne parle que de l��tablir et que rien ne semble avoir �t� entrepris sinon de jeter le plaignant � la rue.

 [JPL39]Autre exag�ration alors qu�il ne s�est agit que d�un processus qui pourrait aussi bien �tre un processus d�enqu�te.

 [JPL40]L�omission flagrante de mentionner la date pr�cise du 25 ao�t 2003 qui mettait fin au processus de tentative de r�solution de conflit. Ce qui donnerait des motifs de relier cette omission pour �viter de faire le lien avec le renvoi d�guis� pr�cipit� du 24 ao�t 2004 soulign� par le Conseil.

 [JPL41]L�omission flagrante de mentionner la suspension administrative exerc�e � l�encontre du plaignant, sugg�r�e par Choquettequi semble d�montrer une intention arr�t�e d��carter la plainte.

 [JPL42]L�agent au Conseil escamote enti�rement le passage sur l��valuation pr�vue apr�s la suspension.

 [JPL43]Une pr�tention laissant croire que le plaignant aille quitt� suite � sa suspension administrative.

 [JPL44]Cette fois l�agent au Conseil devient plus vague escamotant le chiffre du 23 octobre mentionn� par l�intim�e comme pour laisser croire que le plaignant s�est empress� de se mettre en maladie � la fin de son �valuation pr�vue en septembre.

 [JPL45]All�gu� 10, l�agent au Conseil laisse entendre que la version du syndicat soit que le plaignant est revenu au travail en f�vrier 2004 et que les troubles ont recommenc� le 19 ao�t suite � des menaces. Les faits �tant qu�il ne s�agit que d�un appel survenu le 26 janvier avisant que la p�riode de maladie se prolongeait jusqu�au 24 f�vrier ce qui ne r�v�lait rien sur le statut du plaignant apr�s le 24 f�vrier qui en r�alit� �tait toujours en arr�t de travail et �tait toujours sur soins m�dicaux de son m�decin le 19 ao�t en allant porter un billet de m�decin � Gravel et en attente de d�cision de l�assureur.

 [JPL46]Ici l�agent au Conseil dissimule sous le terme � plusieurs contacts � et escamote compl�tement l�incident de la remise de grief � Choquette all�gu�e � l�all�gu� 6 et 7 par le syndicat, ce qui d�montrerait une preuve �vidente de discrimination envers le plaignant et d�une intention de justifier un rejet de plainte.

 [JPL47] Un � a d� � tendancieux que l�agent au Conseil �voque comme pour souligner que le plaignant abuserait des ressources de son syndicat.

 [JPL48]L�agent au Conseil escamote l�aveu de s��tre rendu au bureau de poste qui d�montrerait que le plaignant �tait �cart� de son lieu de travail selon le syndicat, comme pour la faire para�tre comme une simple visite.

 [JPL49]L�agent au Conseil escamote le � apprend qu�on all�gue � et accentue la rumeur en laissant entendre que Le plaignant s�en est pris directement � la ma�tre poste pour faire des menaces.

 [JPL50]Ici l�agent au Conseil passe sous silence la version du syndicat qui admet savoir que le 19 ao�t 2003, le plaignant n�avait toujours pas re�u la d�cision de la Sun Life versusles assertions de l�agent au Conseil concernant un refus de l�assureur qu�il pr�tend comme provenirde la version du plaignant.

 [JPL51]Ici l�agent au Conseil laisse entendre que le plaignant aurait eu une rencontre physique sur place avec Choquette

 [JPL52]� Le parle pour la premi�re fois de la possibilit� � que l�agent au Conseil transforme en � a alors inform� [�] solennel, sans mentionner la notion de calmer

 [JPL53]Ici l�agent au Conseil d�signe � le repr�sentant � lorsqu�il s�agit de d�signer qui a entendu la demande de retraite

 [JPL54]� L�indemnit� de d�part souhait�e � compl�tement ignor�e ici que l�agent au Conseil transforme en � envisageait prendre sa retraite �.

 [JPL55]L�agent au Conseil dissimule les soit-disant dissuasions  de l�intervenant Choquette sous le couvert de � l�intim� �

 [JPL56]L�agent au Conseil passe vite sur les soit-disant tentatives de dissuader

 [JPL57]L�agent au Conseiltransforme � conseiller de bien r�fl�chir � en � tent� de dissuader �

 [JPL58]L�agent au Conseil attribue une cause

 [JPL59]L�agent au Conseilattribue des efforts au syndicat sans succ�s � d�emp�cher � la mise � la retraite versus la version de l�all�gu� 13 qui d�montre que Choquette a n�goci� une indemnit� de d�part avec l�employeur le jour m�me.

 [JPL60]Intention manifeste de dissimuler les transactions h�tives pour faciliter le d�part contenue dansl�expression � Dans les jours qui suivent� � que l�agent au Conseil traduit par � Au cours des mois �

 [JPL61]L�expression qui semble vouloir d�montrer que si le plaignant a eu des probl�mes c�est apr�s son d�part et que malgr� cela son syndicat l�aura support�.

 [JPL62]Le etc qui d�montre l�intention de dissimuler le fait de ne pas avoir � mentionner � l�all�gu� 20 que Choquette n�intervient pas lorsque le plaignant souhaite �crire � la direction, un etc, qui passe compl�tement sous silence � 19, les pr�tentions de Choquette d�avoir offert de r�diger un grief, du dossier toujours actif de la Sun Life, d�avoir �t� laiss� sans ressources, du panier de No�l encore n�cessaire.

 [JPL63]Le � le ou vers le � que l�on ajoute ici sans n�cessit� qui semble manifestement d�montrer une intention de passer sous le couvert le fait contemporain � la plainte que le repr�sentant de l�intim� a effectivement abandonn� le plaignant � son sort.

 [JPL64]Assertion fausse selon l�all�gu� 24 qui d�montre que l�agent au Conseil cherche manifestement � dissimuler le fait que Choquette a effectivement eu des contacts ce jour l� pour devoir venir en aide � son membre qui �tait toujours sans ressources, emp�tr� dans les mesures administratives avant de pouvoir obtenir le moindre ch�que que ce soit de l�assureur ou de son fonds de pension.

 [JPL65]Sauf d�poser un grief mais si c�est pour mener � une pr�-enqu�te criminelle, c�est effectivement le cas, et chapeau ! elle a bien fait son travail.

 [JPL66]La r�ponse de l�employeur est invalide puisque contresign�e par une subalterne.

 [JPL67]Admission de � neutralit� � qui peut �tre interpr�t�e comme une prise de position de d�montrer un refus manifeste de la part del�employeur de prendre ses responsabilit�s en regard de l�article 94,3 D qui justifierais le syndicat � intervenir et d�poser un grief. Pourquoi pr�tendre n�avoir soumis aucune repr�sentation alors que j�ai re�u une deuxieme lettre de l�employeur confirmant que l�employeur ne ferait aucun commentaire. (Lettre disparue)

 [JPL68]Comment en arriver � cette pr�tention alors que pas l�ombre d�une tentative de r�unir les partis et d�aborder une discussion n�a �t� entreprise, au contraire le plaignant a du �tre plac� d�urgence dans un lieu d�h�bergement avec des handicap�s mentaux.

 [JPL69]Admission que toute la documentation soumise aurait du �tre port�e au Conseil selon le protocole soumis le 17 f�vrier 2005 par Adam Poch pour Jean Gosselin

 [JPL70]Aucun des documents accompagnant la plainte n�est mentionn�.

 [JPL71]Comparution irr�guli�re dans les cinq jours de la plainte

 [JPL72]L�agent au Conseil accorde une validit� � cette restriction discriminatoire sign�e par un subalterne, alors que la loiaccorde d�office 15 jours tel que mentionn� sur la convention re�ue lors du d�p�t de la plainte.

 [JPL73]� suivantla � qui appara�t ici de fa�on commode pour invalider la restriction.

 [JPL74]Comparution hors d�lais non signal�e par le greffier qui ne sera transmise au plaignant que le 15 mars suivant. Discrimination �vidente dans la r�partition des d�lais qui d�consid�re l�administration de la justice.

 [JPL75]Admission qu�en moins de 30 jours, le dossier �tait pr�t � �tre poursuivi pour une demande en audition. Aucune mention du document accompagnant la r�plique soit un projet de demande d�injonction au criminel en vertu de l�article 269,1 du C.Cr.