Page d'accueil   A propos de nous   Les dossiers   Nouvelles   Réalisations 

  La Fraternité des policiers de Mascouche se porte à la rescousse de ses membres

«...La direction ne respecte pas ses policiers...»

Pour en savoir plus :

  La Fraternité des policiers de Mascouche se réclame le droit à l'exclusivité d'intervenir à la rescousse de ses membres

"...la Fraternité est l'agent négociateur exclusif pour
l'ensemble des policiers..."

Elle a pour mission l'étude, la défense et le développement des intérêts
professionnels, économiques, sociaux et moraux de ses membres...

Pour en savoir plus :

 

  Intervenir pour aider

ceux qui ont subi des dommages cérébraux...

«...Ça laisse du bonheur dans l’âme».

Pour en savoir plus :


 

A ville de Mascouche au Québec, une seule justice règne:

Encore sous le choc de sa tragérie, il se trompe d'heure... de sa sortie de chez lui...

Résultat:  Forcé de vivre dans sa maison incendiée sans la moindre compensation et

accusé sournoisement au criminel pour sauver la face de la direction de la Sécurité Publique...

Pour en savoir plus :

 

 

Un grief en "stand by" depuis 1995...

"...Je vous offre de me joindre à cette campagne qui vise à prime abord à obtenir un climat de travail dynamique à Mascouche. Je suis désormais prêt à démissionner à titre de simple policier et à endosser le titre de directeur et à vous offrir une plate-forme de travail unique qui deviendrait l'exemple à suivre en terme de police communautaire. Je suis prêt à prendre l'entière responsabilité du dossier et vous requiert votre appui pour amorcer l'assaut final..."

Pour en savoir plus :


  La Fraternité des policiers de Mascouche

négociateur exclusif pour l'ensemble des policiers mais absente lors du débat en appel , bien qu'ayant été mise en cause pour faire reconnaitre le lien d'emploi de son membre...pl�tement absente ercice de son devoir exclusif de représentation envers son membre venu

La démonstration d'un salarié écrasé et empêtré dans les démarches de recours judiciaires, cherchant ultimement à savoir ce qui lui restait comme droits et tâcher de faire reconnaitre un lien d'emploi pourtant encore intact...

Pour en savoir plus :


 

Le bureau des "crimes majeurs " venu en renfort

L'urgence de faire incarcérer le chien battu considéré dangereux

L'intervention urgente du bureau des crimes majeurs en complément d' "enquête" des circonstances entourant la venue d'un "ex" policier venu poser des questions au Conseil de Ville et leur demander secours...

Le requérant essayait d'obtenir, une ultime tentative de rapprochement avec le Conseil municipal de Mascouche avant de devoir se résoudre à l’éclabousser pour malversation auprès des médias d’information.... Le requérant qui subissait régulièrement des sévices occasionnés sur sa voiture tant chez lui que chez sa copine malgré toutes les dénonciations faites aux organismes gouvernementaux en place et ses requêtes judiciaires refusées, demandait au Conseil s'il fallait donner des signes avant-courreurs de recours à la violence pour réussir à obtenir une forme d'aide comme le soulignait la veille à "Tout le monde en parle" de Radio Canada, le ministre Jacques Dupuis qui commentait les événements de Dawson.

La montée en épingle de l'incident par la S.Q. pour justifier une arrestation et une détention débouchera tout de même par la suite sur l'obtention de cinq rapports psychiatriques lesquels feront état de délires paranoides et de l'incapacité du chien battu de pouvoir gagner sa vie depuis son "renvoi administratif" en 1996.

Récemment le soussigné a fait parvenir copie de deux des rapports psychiatriques à la Ville de Mascouche pour être en mesure de négocier une fin d'emploi acceptable, ce qui n'avait jamais eu lieu à date.

Pour en savoir plus :


 

Frivolités à la cour d'appel

  La cour d'appel a tranché, les trois juges unanimes à approuver la décision du juge de première instance se faisant solidaires d'avoir considéré raisonnable de rejeter préliminairement une requête en jugement déclaratoire visant à connaitre la validité d'une résolution municipale concernant un renvoi.

Le processus intervient démontrant la futilité et l'impossibilité du système de permettre à un salarié de pouvoir se défendre seul sans l'aide de son syndicat.

Le rejet de la requête a eu pour effet d'empêcher la tenue d'un interrogatoire dans lequel les élus seraient venus confirmer que même si adoptée à l'unanimité, la résolution ne comportait effectivement ni proposeur ni secondeur... en fait une résolution confirmant que personne n'avait proposé ni appuyé le renvoi d'un policier pris dans un contexte évident de harcèlement psychologique au travail.

Pour en savoir plus :

Muselé par une requête en irrecevabilité avant même de pouvoir faire valoir ses revendications sur le fond.

  La Commission des Normes du Travail qui refuse de reconnaitre un lien d'emploi maintenu subtilement par l'arbitre dans une sentence manifestement déraisonnable ou nécessaire, l'arbitre ayant fait exprès pour substituer ses motifs de renvoi administratif à ceux de l'employeur pour rejeter un grief de renvoi administratif motivé essentiellement par du harcèlement au travail que l'employeur était manifestement impuissant à faire cesser.

Le changement subit et commode de commissaire appelé à se prononcer sur l'irrecevabilité sous prétexte de soit-disant menaces que le justiciable aurait prononcées sous l'effet de la torture psychologique de se faire museler encore une fois et de ne pas pouloir faire appel à l'application de la loi duquel il est à la source et qui interdit désormais le harcèlement psychologique .

Le mutisme complet de la commissaire en ce qui a trait de l'argument fourni à même la sentence arbitrale déposée en preuve qui démontre que l'arbitre reconnaissait le lien d'emploi maintenu.

Le retranchement sur la chose jugée de présumer qu'une résolution de renvoi puisse apparaitre valide sans permettre de pouvoir démontrer son état réel lors du débat de fond.

Pour en savoir plus :